TorinoCuriosa - Curiosità Torino e Provincia

foto gallery


Une étrange Histoire de Noël


On raconte que, dans la haute vallée de Susa, vit encore une sorte de sorcière. Pour rejoindre sa maison, il faut traverser un bois et traverser un torrent en passant sur un vieux pont connu sous le nom de « pont des sorcières ». On aperçoit déjà sa maison depuis le torrent. C’est une petite maison blanche, basse, couverte de plantes grimpantes. Le petit mur de clôture est couvert d’inscriptions et de symboles magiques. Dans le village, juste en-dessous, quelqu'un prétend l’avoir vue : on la décrit comme une femme très vieille, vêtue de strass, avec les yeux très clairs quasiment blancs. On l’appelle Marguerite. Depuis des années, personne n’a le courage de monter de ce côté du bois surtout après ce qui est arrivé au pauvre maire. Il y quelques années, le maire du village où Marguerite réside, décida d’aller lui rendre visite pour la convaincre de quitter le bois. Ce n’était pas lui qui le souhaitait mais les paysans. Tous les jours il y avait une plainte. Marguerite avait fait mourir le bétail d’un paysan, elle avait fait coincé les métier de la filature, elle avait fait perdre les chèvres dans le bois. Le maire, qui était vraiment selon les paysans un homme bon, pour ramener la paix, décida donc d’aller lui parler. Il ne croyait certainement pas à l’histoire de la sorcière, il pensait plutôt qu’il s’agissait d’une pauvre femme marginale et contrainte à vivre dans le bois. Quand il partit, c’était la veille de Noël. Le maire vivait seul et, donc, il n’avait pas de famille ou des fêtes auxquelles participer. Probablement, il est parti seulement pour cette raison. Il faisait froid et il avait également neigé. Il s’enfonça dans le bois, il était difficile de distinguer le sentier parmi la neige et les ronces. Il suivit le torrent gelé et arriva au pont en bois. De loin, dans le brouillard, il pouvait déjà voir la petite maison blanche avec le toit couvert d’un type de pierres nommées lauze. De la cheminée, sortait de la fumée, donc, la maison devait être vraiment habitée. Le maire eu un sursaut de frémissement mais il se remit aussitôt. Il préférait écouter sa rationalité. Il accéléra le pas pour s’approcher de la maison sans autre réflexion. Etrangement, il trouva la porte semi-ouverte comme si quelqu’un l’attendait. Il poussa la porte d’entré. Ce qu’il vit était un spectacle vraiment surprenant. La maison était chaude, les murs étaient peints avec des couleurs vives, un beau feu réchauffait le lieu. Au centre de la pièce il y avait une grosse table en bois et une femme assise le dos tourné. Elle semblait une jeune avec de longues cheveux blonds. Le maire se sentit tout de suit mal à l’aise de l’intrusion et étourdit par ce qu’il voyait. « Finalement tu est revenu Rocco, cela fait longtemps que je t’attend » commença la femme. Ses jambes tremblaient. Il connaissait cette voix et puis cette silhouette était tellement familière… la femme se tourna. Il la connaissait, c’était Marguerite, son premier amour. «  Qu’est ce qu’il t’a repoussé si loin de moi, doux regret de mon passé ? » dit-elle. Le pauvre homme ne pouvait en croire ses yeux. Il s’attendait à voir une vieille dame en mauvaise état et, au contraire, il se retrouvait devant son rêve le plus beau : Marguerite. Ils s’étaient connus et aimés à Turin puis il l’avait laissée pour aller travailler dans la Vallée de Susa. Elle était encore jeune et très belle comme si le temps ne c’était pas écoulé. La femme prit un calice de vin et le lui tendit : il bu. Le vin était étrange, il sentait les épices et l’orange, les fruits confits et les fruits d’hiver. Il avait le goût des vieux Noël et il dégageait dans le corps un chaleur enivrante. Dans cette atmosphère surréelle, le pauvre maire perdit la notion de la réalité et se laissa embrasser tendrement par la femme. Cela dura une seconde. L’enchantement disparu. Le calice de vin tomba par terre, les longs cheveux devinrent gris, son visage vieillit en quelques secondes. La sorcière se dévoila pour ce qu’elle était : une vieille en piteux état et dégoûtante. Ses rires méchants remplissaient la petite pièce qui lentement tombât en ruine. Du pauvre maire, on n’a plus eu de nouvelles pendant des années. Ce Noël là, à vrai dire, personne ne s’était aperçu de son absence parce que, dans le village, ils étaient tous occupés à festoyer dans leurs maisons. Il a été retrouvé longtemps après dans un antre du bois. Il était très maigre avec une longue barbe et couvert de strass. Personne n’a jamais compris comment il avait vécu pendant ces années et lui, n’a jamais voulu en parler. Il a confié à la mémoire des paysans seulement ce récit et à partir de ce jour là, personne n’est plus monté dans le bois au delà du pont des sorcières.


Fonte: Tradizione orale piemontese

CURIOSITA' TORINO

ATTIVITA' A TORINO


Cerchi un'
AGENZIA PUBBLICITARIA
a Torino?
Scopri Moksilla, realizzazione siti internet Torino, Grafica e Web Marketing.



Cerchi uno
STUDIO DI DOPPIAGGIO a Torino?
Scopri il TEATR8! Corsi di dizione, fonetica e produzione di spettacoli teatrali.







mappa

Come arrivare
Zone Extra


una tira l'altra

Curiosità sul Carnevale di Ivrea

Tutte le curiosità di Torino e Provincia



(c)TorinoCuriosa 2006. E' vietata la riproduzione, anche parziale, del materiale presentato.